Partager
MagPoly-fev2012
Magazine Poly | 2012-02-01 00:00:00
  • Partager
    Page 1

    pOlY RECHERCHE / RéACTEuRS SOuS CONDITIONS ExTRêMES pOuR uN NOuvEl AvENIR éNERGéTIquE Poste publications n o de convention 41074519. GRAND DOSSIER / LE MAGAZINE DE POLYTECHNIQUE MONTRÉAL Jeux vidéo, une industrie friande d'ingénieurs ENSEIGNEMENT / Pour une Pratique éthique du génie HIVER 2012 VOLUME 9 NUMÉRO 1

  • Partager
    Page 2

    CHEZ FÉRIQUE, IL Y A TOUT UN MONDE QUI VEILLE À VOS INTÉRÊTS LE MEILLEUR DES DEUX MONDES POUR VOTRE REER ET VOTRE CELI Des services fi nanciers d'envergure mondiale Quelle que soit l'heure du jour, quelque part, quelqu'un veille à vos Fonds FÉRIQUE. De Montréal à Tokyo. De Londres à Chicago. De Louisville à San Francisco. Vos Fonds FÉRIQUE ne dorment jamais, grâce à des équipes de gestion de portefeuille triées sur le volet, partout dans le monde, à leurs analystes, à leurs réseaux. Une entreprise à taille humaine FÉRIQUE est une organisation de premier plan dotée de la structure, des mécanismes de contrôle et des services que vous êtes en droit d'attendre d'une institution fi nancière de calibre mondial. Mais c'est aussi des gens. Près de vous. Tout un monde, votre monde, qui veille à vos intérêts. Les Fonds FÉRIQUE sont offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises. Les Fonds FÉRIQUE: il y a un peu de génie là-dedans. INVESTISSEZ DANS UN REER OU UN CELI FÉRIQUE ET DÉCOUVREZ UN MONDE DE DIFFÉRENCES www.ferique.com/video 1-800-291-0337 > Placements > Planification de la retraite > Fiscalité > Succession > Assurances > Gestion des risques > Finances personnelles Note: Un placement dans un organisme de placement collectif peut donner lieu à des frais de gestion et d'autres frais. Les ratios de frais de gestion varient d'une année à l'autre. Veuillez lire le prospectus avant d'effectuer un placement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n'est pas indicatif de leur rendement futur. Les Fonds FÉRIQUE sont distribués par Placements Banque Nationale inc., à titre de Placeur principal, et par Services d'investissement FÉRIQUE. Les Fonds FÉRIQUE payent des frais de gestion à Gestion FÉRIQUE lui permettant d'assumer les frais de conseillers en valeurs, de mise en marché et de distribution des Fonds FÉRIQUE ainsi que les frais d'administration du gérant des Fonds FÉRIQUE. Chaque Fonds FÉRIQUE assume ses propres frais d'exploitation. Les Fonds FÉRIQUE sont sans commission lorsqu'un porteur de parts souscrit par l'entremise de Placements Banque Nationale inc. ou de Services d'investissement FÉRIQUE ; certains frais de courtage pourraient toutefois être exigibles si la souscription se fait par l'entremise d'un courtier indépendant.

  • Partager
    Page 3

    pOlY Le MagaZine de PoLYteChnique MontréaL Vol. 9, n° 1 - Hiver 2012 Poly est publié trois fois par an par la Direction des affaires institutionnelles et secrétariat général de Polytechnique. Il est distribué gratuitement aux diplômés, aux membres du personnel, aux étudiants et aux partenaires de Polytechnique. Tirage 26 000 exemplaires Édition Service des communications et du recrutement Rédactrice en chef Chantal Cantin Comité éditorial Carl-Éric Aubin, Valérie Bélisle, Chantal Cantin, Jean Choquette, Diane de Champlain, Hélène Bénéteau de Laprairie, Catherine Florès, Lina Forest, Annie Touchette Recherche et coordination Catherine Florès Rédaction Valérie Bélisle, Catherine Florès, Danielle Ouellet, Virginie Ferland, Tania Trottier-Pérusse Révision Johanne Raymond Stéphane Batigne Photos Yves Beaulieu (couverture), Yves Beaulieu, Denis Bernier, Normand Desjardins, Ferland Photo, Jorge Martinez, Poly- Photo, Polytechnique Montréal Direction artistique et conception de la grille graphique Avion Rouge Ont collaboré à ce numéro L'Association des Diplômés de Polytechnique, la Fondation de Polytechnique et la Direction de la recherche et de l'innovation de Polytechnique Le genre masculin est utilisé sans discrimination dans le seul but d'alléger le texte. ISSN 1712-3852 Reproduction autorisée avec mention de la source. Abonnement gratuit : Magazine Poly Polytechnique Montréal Service des communications et du recrutement C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3A7 Tél. : 514 340-4915 communications@polymtl.ca CERT I F IC AT I ON ARTICLES 6 11 12 14 16 20 23 24 25 BULLETIN C a m p u s d u r a b l e 25 Grand dossier Jeux vidéo, une industrie friande d'ingénieurs point de vue Un secteur en pleine forme portrait Robert Panet-Raymond, Prix Mérite 2011 de l'ADP profil L'homme aux 53 brevets HIVER 2012 VOLUME 9 NUMÉRO 1 SOMMAIRE Recherche 16 En recherche, priorité à l'éthique 18 Réacteurs sous conditions extrêmes pour un nouvel avenir énergétique Enseignement 20 Pour une pratique éthique du génie 22 Caractériser le besoin et le milieu récepteur avant de mettre en œuvre un projet Stages Stages : un système pour simplifier la vie des employeurs pleins feux sur la relève Marie-Ange de Boutray, Prix Étudiant 2011 de l'ADP vue d'ailleurs Regard tourné vers l'Est 17 / Cours du Centre de formation continue 27 / Association des Diplômés de Polytechnique 30 / Ça bouge à Poly 32 / Fondation de Polytechnique 34 / Agenda

  • Partager
    Page 4

    99% génie 1% aluminium RIO TINTO ALCAN ET POLYTECHNIQUE : UN ALLIAGE SOLIDE Rio Tinto Alcan, un leader mondial de l'industrie de l'aluminium, multiplie les gestes concrets afin de contribuer à un meilleur futur pour la collectivité. En s'associant à Polytechnique, il souhaite souligner le dynamisme de cet important partenaire pour le développement technologique et économique québécois. ALCAN-111118645-Ann.Poly.indd 1 20/01/12 15:22

  • Partager
    Page 5

    éDITORIAl Dans le domaine du génie, l'éthique demeure et demeurera un enjeu de taille Polytechnique, un incubateur d'ingénieurs pour les jeux vidéo L'industrie du jeu vidéo occupe une place enviable au Canada avec des recettes de 1,7 milliard de dollars et près de 16 000 emplois directs, selon l'Association canadienne du logiciel de divertissement. Le Québec n'est pas en reste, loin de là, avec plus de 70 % de l'industrie canadienne qui s'y concentre avec des entreprises comme Ubisoft, Electronic Arts, Warner Bros, etc. Évidemment, une main-d'œuvre créative, compétente et bilingue est prisée par ces entreprises. Polytechnique, avec ses programmes de baccalauréat en génie logiciel et génie informatique, contribue à cette relève technocréative. Un dossier de fond bien étoffé sur l'industrie du jeu vidéo à lire en page 6. Au cours de l'année 2011, l'éthique a été un sujet d'actualité dans de nombreux reportages touchant les projets d'ingénierie et de construction au Québec. Dans le domaine du génie, l'éthique demeure et demeurera un enjeu de taille. Polytechnique a d'ailleurs mis en place des cours d'éthique appliquée obligatoires dans tous ses programmes de baccalauréat. Une initiative unique dans les écoles de génie au Canada. Pour en connaître davantage, lisez l'entrevue avec M. Bernard Lapierre à la page 20. Ce début d'année 2012 marque l'arrivée de M. John Parisella (ex-délégué général du Québec à New York) à la barre du bureau de la campagne tripartite de financement de Polytechnique Montréal, HEC Montréal et l'Université de Montréal. De toute évidence, vous entendrez parler de cette campagne dans les mois et les années à venir. En terminant, j'ai le grand plaisir de vous dévoiler, chers lecteurs, la nouvelle image de marque de Polytechnique Montréal. Plus audacieuse, elle repose sur nos acquis précieux avec une touche d'originalité. Cette originalité est notamment véhiculée par les petits carrés de couleurs alignés à la droite ou à la gauche de notre emblème, évoquant la symbolique des couleurs de nos pavillons Lassonde, du magma jusqu'au ciel. Rappelons qu'en 2005, ces pavillons ont été les premiers bâtiments universitaires canadiens à obtenir la certification LEED Or. Je réitère mes remerciements à tous nos annonceurs qui contribuent, par leur présence publicitaire, à la diffusion du magazine Poly. Votre apport est précieux. Bonne lecture ! Chantal Cantin Rédactrice en chef

  • Partager
    Page 6

    GRAND DOSSIER « Notre programme attire des étudiants qu'on peut qualifier de technocréatifs. » Au Canada, cette industrie affiche des recettes de l'ordre de 1,7 milliard de dollars et compte près de 16 000 emplois directs. Son taux de croissance annuel devrait atteindre 17 % au cours des deux prochaines années, selon l'Association canadienne du logiciel de divertissement. Plus de 70 % de cette industrie se concentre au Québec, où elle a créé 3 040 emplois au cours des deux dernières années. Et sa tête de pont est sans conteste Montréal, qui accueille une soixantaine de studios, dont de grands noms tels qu'Ubisoft, Electronic Arts ou Warner Bros. « Montréal représente un écosystème remarquable pour le secteur du jeu vidéo », explique le P r Steven p R STEvEN CHAMbERlAND, DIRECTEuR Du DépARTEMENT DE GéNIE INfORMATIquE ET DE GéNIE lOGICIEl JEux vIDéO, uNE INDuSTRIE fRIANDE D'INGéNIEuRS PAR CATHERINE FLORès L'industrie du jeu vidéo se porte très bien. Avec un marché mondial évalué aujourd'hui à 70,4 milliards de dollars et 105 milliards de dollars en 2015, le secteur engrange des revenus qui dépassent dorénavant ceux du cinéma. 6 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 Chamberland, directeur du Département de génie informatique et de génie logiciel de Polytechnique Montréal. « Autour des grands et plus petits studios, on trouve un réseau d'entreprises connexes, qui offrent des services et des logiciels spécialisés, comme les moteurs de jeux et les modeleurs 2D et 3D. Le développement de toute cette galaxie, privilégié par des politiques fiscales incitatives, est stimulé par l'existence d'un important bassin de main-d'œuvre compétente, créative et bilingue. » À pOlYTECHNIquE, uNE SpéCIAlI- SATION ad hoc Au bACCAlAuRéAT À Polytechnique, les programmes de baccalauréat de génie informatique et de génie logiciel participent à la formation de cette main-d'œuvre recherchée. En particulier, la concentration Multimédia offerte en génie logiciel, une spécificité de Polytechnique, s'adresse directement aux étudiants qui se destinent à faire car- rière dans le milieu. « Notre programme attire des étudiants qu'on peut qualifier de technocréatifs. Ils se préparent à résoudre des défis très techniques, certes, mais comprennent les enjeux plus artistiques liés à la création d'un jeu. Ils seront capables de collaborer avec les concepteurs du jeu, les scénaristes, les directeurs artistiques, les modeleurs, etc. », souligne le P r Chamberland. Le talent créatif des étudiants trouve également à s'exprimer au sein de Poly{Games}, la société technique consacrée à la création de jeux vidéo. Ce même talent se fait connaître hors frontières : chaque année, une équipe de Polytechnique participe à la compétition Virtual Fantasy, une des compétitions étudiantes les plus courues d'Europe dans le domaine de la réalité virtuelle et des technologies convergentes, durant le salon annuel Laval Virtual, en France. Le défi consiste à développer

  • Partager
    Page 7

    en 30 heures ininterrompues une application en 3D en temps réel et interactive sur un thème imposé. L'équipe de Polytechnique a si souvent raflé la première place à la compétition depuis les huit dernières années qu'elle est dorénavant considérée comme « l'équipe à battre ». La qualité de la formation offerte à Polytechnique est reconnue par l'industrie, qui plébiscite les compétences techniques pointues des étudiants, ainsi que leur capacité à travailler en équipe. « Nous formons de futurs ingénieurs très aguerris, notamment en production du logiciel : de la spécification des exigences à la validation et la vérification du logiciel en passant par sa conception et sa réalisation. Ils maîtrisent les différents aspects logiciels et sont également à l'aise avec les interfaces, les applications de graphisme et d'animation 2D et 3D, de même qu'avec la physique des envi- ronnements virtuels, l'intelligence artificielle, les systèmes de capture du mouvement et les moteurs de jeux. Les projets confiés aux étudiants de la concentration Multimédia sont ancrés dans l'univers du jeu vidéo et permettent aux étudiants d'en connaître les défis. Par exemple, dès leur deuxième année, on leur demande de développer un jeu vidéo dans le cadre du projet intégrateur. En troisième année, ils doivent en faire l'évolution sur une tablette électronique », déclare le P r Chamberland. Lorsque vient le moment d'effectuer les stages obligatoires prévus dans leur programme, les étudiants n'ont aucune difficulté à trouver une entreprise pour les accueillir et se voient confier des projets intéressants. « Au départ, mon mandat ne prévoyait que de la programmation de scripts. Cependant, assez rapidement, j'ai été en mesure d'exécuter des tâches de Level Designer, de modifier des interfaces et de déboguer. J'ai même eu l'occasion de créer des animations. Ce fut une expérience fantastique, très instructive. J'ai beaucoup aimé l'environnement de travail, l'atmosphère décontractée et l'ouverture d'esprit qui règnent dans l'entreprise, cela favorise la créativité », témoigne Karla Michelle Abrego, une jeune diplômée qui a fait un stage chez Ubisoft en 2009. « Pour un étudiant, nous recevons en moyenne trois offres de stages. Ubisoft, Electronic Arts, Behaviour Interactive, Eidos et beaucoup d'autres font régulièrement appel à nos stagiaires, et il est fréquent qu'un stage se termine avec une offre d'emploi », révèle Étienne Beauregard, coordonnateur au Service des stages et du placement. Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 7 >>>

  • Partager
    Page 8

  • Partager
    Page 9

  • Partager
    Page 10

    GRAND DOSSIER Jeux vidéo, une industrie friande d'ingénieurs « Je compare le moteur 3D d'un jeu vidéo à un moteur de voiture de Formule 1 : les ingénieurs essaient sans cesse de le pousser au bout de ses limites et d'en sortir le meilleur. » YASSINE RIAHI 10 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 YASSINE RIAHI, PO 2005, GÉNIE INFORMATIQUE, PROGRAMMEUR EN CHEF CHEZ WARNER bROs. GAMEs « En fait, je compare le moteur 3D d'un jeu vidéo à un moteur de voiture de Formule 1 : les ingénieurs essaient sans cesse de le pousser au bout de ses limites et d'en sortir le meilleur, soit un jeu beau graphiquement offrant une bonne expérience au joueur », déclare Yassine Riahi. « Le développement des jeux sur plateforme mobile multiplie la quantité de jeux disponibles sur le marché, rendant difficile la visibilité d'un produit », appuie Charles Beauchemin. « Et puis maintenant, les joueurs évaluent publiquement les jeux qu'ils achètent. Il faut donc développer des jeux de plus en plus complexes et raffinés, afin de pouvoir rejoindre le maximum d'usagers et leur donner un produit qu'ils aimeront et voudront utiliser longtemps. » Des enjeux qui n'entament en rien son enthousiasme, lui qui apprécie de travailler de concert avec divers spécialistes techniques, mais aussi des artistes et des designers qui développent le contenu des jeux. « C'est une dimension qu'on ne retrouve pas dans les autres industries de développement de logiciel. » CHANGEMENT D'IMAGE « L'image même des studios s'est assagie. Ils furent pendant un temps réputés pour être dirigés par des jeunes génies de l'informatique, des travailleurs forcenés qui imposaient des horaires surchargés à leurs équipes. Maintenant, les studios prennent mieux en compte les besoins des employés et leur proposent beaucoup d'avantages », estime le P r Chamberland. « Le jeu vidéo est aujourd'hui reconnu comme un produit culturel. Son industrie offre un univers passionnant et toujours changeant. Pour de futurs ingénieurs qui veulent s'investir dans un milieu assez peu conventionnel, où leur créativité pourra pleinement s'exprimer, c'est un domaine idéal pour faire carrière », conclut-il. /

© École Polytechnique de Montréal
Bottin | Plan du site | Recherche | Conditions

Un moment SVP