Partager
MagPolyNo1_Hiver2010
Magazine Poly | 2010-02-10 00:00:00
  • Partager
    Page 1

    Magazine Magazine intégré intégré de Polytechnique. Hiver 2010 - Volume 7 - Numéro 1. Poste publications no de convention 41074519. le magazine de l'école polytechnique Spécial 100 ans de l'ADP Tout un programme de festivités Grand dossier Un avenir vert pour l'aéronautique Poste publications n o de convention 41074519. POLY

  • Partager
    Page 2

    NOUVEAU Voici 2 raisons de + d'investir dans les Fonds FÉRIQUE Pour son 35 e anniversaire, FÉRIQUE complète son alignement avec deux nouveaux fonds de placement réservés aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises. Fonds FÉRIQUE ÉQUILIBRÉ PONDÉRÉ > Un fonds constitué à 70% de titres à revenu fixe et à 30% d'actions. > Un accent sur le revenu, mais avec un potentiel de croissance. > Un outil idéal pour ajuster graduellement votre portefeuille à l'approche de la retraite. Toujours les mêmes avantages exclusifs: * aucuns frais d'administration, d'entrée, de sortie, d'ouverture de compte, de transfert interfonds ou de transaction; * aucune commission; * planification financière gratuite à votre bureau ou domicile; * conseils objectifs; * rendements concurrentiels; * politique d'investissement responsable... Et des frais de gestion parmi les plus bas au Canada: à vous les profits! Fonds FÉRIQUE DIVIDENDES > Un fonds principalement investi dans des titres de sociétés versant des dividendes. > Un accent sur le revenu de dividendes, mais avec un potentiel de croissance. Les Fonds FÉRIQUE : il y a un peu de génie là-dedans. > Un outil idéal pour diversifier votre portefeuille d'actions et profiter du traitement fiscal avantageux accordé aux dividendes. FÉRIQUE est la seule société de fonds de placement sans but lucratif au Canada, dont l'unique objectif est de servir les intérêts des ingénieurs. FÉRIQUE: maintenant 10 fonds et 35 ans au service du génie. Prenez rendez-vous avec un conseiller FÉRIQUE dès aujourd'hui. 1-800-291-0337 > www.ferique.com > Placements > Planification de la retraite > Fiscalité > Finances personnelles > Assurances > Gestion des risques > Succession Note: un placement dans un organisme de placement collectif peut donner lieu à des frais de gestion et d'autres frais. Les ratios de frais de gestion varient d'une année à l'autre. Veuillez lire le prospectus avant d'effectuer un placement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n'est pas indicatif de leur rendement futur. Les Fonds FÉRIQUE sont distribués par Placements Banque Nationale inc., à titre de Placeur principal, et par Services d'investissement FÉRIQUE. Les Fonds FÉRIQUE payent des frais de gestion à Gestion FÉRIQUE lui permettant d'assumer les frais de conseillers en valeurs, de mise en marché et de distribution des Fonds FÉRIQUE ainsi que les frais d'administration du gérant des Fonds FÉRIQUE. Chaque Fonds FÉRIQUE assume ses propres frais d'exploitation. Les Fonds FÉRIQUE sont sans commission lorsqu'un porteur de parts souscrit par l'entremise de Placements Banque Nationale inc. ou de Services d'investissement FÉRIQUE; certains frais de courtage pourraient toutefois être exigibles si la souscription se fait par l'entremise d'un courtier indépendant.

  • Partager
    Page 3

    POLY le magazine de l'école polytechnique Le magazine de l'École Polytechnique de Montréal Vol. 7, no 1 - Hiver 2010 Poly est publié deux fois l'an par la Direction des affaires institutionnelles et secrétariat général de l'École Polytechnique. Il est distribué gratuitement aux diplômés, aux membres du personnel, aux étudiants et aux partenaires de Polytechnique. tirage 25 000 exemplaires édition Service des communications et du recrutement rédactrice en chef Chantal Cantin comité éditorial Carl-Éric Aubin, Chantal Cantin, Jean Choquette, Diane de Champlain, Catherine Florès, Lina Forest, Annie Touchette, Natalie Villemure recherche et coordination Catherine Florès rédaction Catherine Florès, Danielle Ouellet, Frédéric Simonnot révision Johanne Raymond photos Yves Beaulieu (couverture), Denis Bernier, Poly-Photo, Journal Forum, École Polytechnique direction artistique et conception de la grille graphique Avion Rouge ont collaboré à ce numéro Nathalie Richard, l'Association des Diplômés de Polytechnique et la Direction de la recherche et de l'innovation de Polytechnique Le genre masculin est utilisé sans discrimination dans le seul but d'alléger le texte. ISSN 1712-3852 Reproduction autorisée avec mention de la source. abonnement Gratuit : Magazine Poly École Polytechnique de Montréal Service des communications et du recrutement C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3A7 Tél. : 514 340-4915 communications@polymtl.ca SOMMAIRE 6 20 Articles et entretiens 6 / Grand dossier Un avenir vert pour l'aéronautique 10 / spécial 100 ans de l'adp L'ADP, centenaire et en pleine forme ! 14 / recherche Prévenir les problèmes de santé en milieu de travail (p. 14) Le comportement des cellules sous haute surveillance (p. 16) Concours de la FCI : une récolte exceptionnelle pour Polytechnique (p. 18) 20 / enseiGnement Repenser la formation 22 / Vue d'ailleurs L'ADP - Section Tunisie, un projet fédérateur 24 / pleins feux sur la relèVe Lucie Aït El Hadj-Bélisle, Prix Étudiant 2009 de l'ADP 28 / profil Du génie à l'engagement humanitaire - Lili-Anna Pereša, Po 87 Bulletins 24 16 19 / formation continue 26 / Ça bouGe à poly 29 / association des diplômés de polytechnique 32 / fondation de polytechnique 34 / aGenda 14 28

  • Partager
    Page 4

    sp

  • Partager
    Page 5

    ÉDITORIAL L'ADP : 100 ans, et plus que jamais actuelle et pertinente ! « à Votre association, je souhaite la pérennité. joyeux centenaire ! » L'année 2010 sera un moment festif pour votre association (adp) puisqu'elle soulignera, le 4 juin prochain, son 100 e anniversaire de fondation. une riche programmation a été concoctée par le comité organisateur des fêtes du centenaire. je vous invite à bloquer dès maintenant à votre agenda la date du samedi 11 septembre 2010, afin de ne pas manquer l'événement majeur du 100 e , prévu à l'île navark à boucherville : ce sera une véritable fête familiale. Vous y êtes tous invités. Tous les pays sont concernés par les impacts du réchauffement de la planète et des changements climatiques. Dans un contexte où les marchés sont ouverts, c'est un enjeu crucial pour les années à venir, tant pour les pays industrialisés que pour ceux qui sont en émergence. On doit toutefois arriver à un équilibre et à certains compromis entre ces deux réalités pour mieux progresser. Au sommet de l'ONU sur le climat à Copenhague en décembre 2009, l'Association du transport aérien international (IATA) s'est engagée à réduire les émissions nettes de carbone de 50 % en 2050. Dans ce contexte, les recherches des professeurs Jean-Yves Trépanier, Aouni Lakis, François Trochu , Eduardo Ruiz, Aurelian Vadean et de la professeure Annie Ross sont des plus pertinentes. Des collaborations fructueuses se réalisent aussi avec le CRIAQ et certains diplômés évoluant dans des entreprises du domaine de l'aéronautique, notamment Bombardier. Un avenir vert pour l'aéronautique, un dossier à lire en page 6. Les professeurs-chercheurs de Polytechnique sont talentueux. Ce n'est pas un secret. Au dernier concours de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI), sept des huit projets soumis ont été retenus. Une récolte de 35 M$. Polytechnique est en tête des universités canadiennes pour le montant des subventions FCI accordées par professeur. Je salue le talent de nos professeurs ! Enfin, je ne peux m'empêcher d'évoquer le peuple haïtien qui fait preuve d'un grand courage face aux défis à relever depuis le séisme du 12 janvier dernier. Au moment d'écrire ces lignes, 10 milliards de dollars d'aide internationale sur cinq ans seront nécessaires pour entreprendre la reconstruction de ce pays. Outre les besoins monétaires, l'expertise de certains de nos professeurs-chercheurs sera sûrement sollicitée. C'est dans ces moments où l'humain prend toute la place que je suis fière de faire partie d'une institution où la solidarité, le talent et le génie se côtoient à merveille. Notez aussi que le 78 e Congrès annuel de l'ACFAS aura lieu à l'Université de Montréal, en collaboration avec HEC Montréal et Polytechnique, du 10 au 14 mai 2010. Pour connaître la programmation préliminaire : www.acfas.ca À votre Association, je souhaite la pérennité. Joyeux centenaire ! Chantal Cantin ---rédactrice en chef

  • Partager
    Page 6

    GRAnD DOSSIER Un avenir vert pour l'aéronautique Plus légers. Plus sécuritaires. Plus efficaces. Moins polluants. Plus faciles à recycler. Voilà les objectifs auxquels devront répondre les avions de l'avenir. Par Danielle Ouellet Fassi Kafyeke Mondialisation, environnement et industrie précurseur d'une nouvelle génération de transporteurs aériens, le boeing 787 a effectué avec succès son premier vol dans le ciel américain le 15 décembre dernier. côté carburant, il serait de 20 % moins gourmand que ses prédécesseurs. mais la mondialisation et l'environnement exigent beaucoup plus. « L'aviation est en train de se modifier en profondeur, affirme Fassi Kafyeke, Po 93, directeur des technologies stratégiques chez Bombardier Aéronautique. Bon an, mal an, le nombre de voyageurs augmente de cinq pour cent. Et les pays émergents, Russie, Chine, Corée, veulent construire des avions, et les vendre. Pour nous démarquer, au Canada, ainsi qu'aux États-Unis et en Europe, nous devons faire les choses autrement et offrir une valeur ajoutée aux clients. » À cette pression de la mondialisation s'ajoutent des défis environnementaux importants. Au sommet de l'ONU sur le climat à Copenhague en décembre 2009, l'Association du transport aérien international (IATA) s'est engagée à réduire les émissions nettes de carbone de 50 %, en 2050, par rapport au niveau de 2005. « Dans ce contexte, précise Fassi Kafyeke, lauréat du Prix Innovation technologique de l'Association des Diplômés de Polytechnique à l'automne 2009, le confort et la sécurité des passagers, l'économie et l'environnement deviennent les trois impératifs qui orientent les transformations. Les avionneurs travaillent actuellement sur trois fronts, poursuit-il, qui sont la configuration aérodynamique, l'amélioration de la structure et les systèmes embarqués, dans lesquels l'électricité remplacera de plus en plus l'hydraulique et le pneumatique. Chez Bombardier, par exemple, les avions de la gamme CSeries, prévus pour 2013, consommeront 15 % de moins de carburant et généreront quatre fois moins de bruit autour des aéroports que les transporteurs actuels. » Pour réussir ce virage, les Bombardier, Pratt & Whitney, Bell Helicopter, CAE, General Motors Canada et autres ont besoin de s'appuyer sur de solides recherches.

  • Partager
    Page 7

    Innovation et créativité Démarrée en septembre 2009, la Chaire IDEA en intégration du design pour l'effi cacité des avions de l'École Polytechnique est fi nancée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), ainsi que par la Fondation J.-Armand- Bombardier, Bombardier Aéronautique et Pratt & Whitney Canada. Son titulaire, le professeur Jean- Yves Trépanier, entrevoit des changements majeurs : « La configuration classique actuelle ne permet plus d'améliorer les performances des avions de manière significative. Nous avons atteint les limites des designs traditionnels avec un fuselage et deux ailes. Il faut désormais à la fois économiser le carburant, diminuer les émissions polluantes et atténuer le bruit. Ces trois contraintes impliquent des modifications qui annulent parfois les LOGICIELS, MATÉRIAUX, DESIGN, STRUCTURE, ACOUSTIQUE, SYSTÈMES EMBARQUÉS, TOUT EST EN TRAIN D'ÊTRE REPENSÉ. LE CHANGEMENT EST BIEN AMORCÉ. LES AVIONNEURS MODI- FIENT LEURS PRATIQUES ET ILS DOIVENT S'APPUYER SUR DES RECHERCHES DE HAUT NIVEAU. LES CHERCHEURS DE L'ÉCOLE POLYTECHNIQUE SONT NOMBREUX À PLANCHER SUR CES QUESTIONS ET À DÉJÀ SE POSITIONNER COMME CHEFS DE FILE DANS PLUSIEURS DOMAINES. « MISER SUR DES DESIGNS ENTIÈRE- MENT NOUVEAUX, QUI INTÈGRENT L'ENSEMBLE DE L'APPAREIL EN UN SEUL SYSTÈME, INCLUANT LES MOTEURS. » ---Jean-Yves Trépanier bénéfi ces de l'une au profi t d'une autre. La seule manière de contrer ces eff ets est de miser sur des design entièrement nouveaux qui intègrent l'ensemble de l'appareil en un seul système, y compris les moteurs. Une telle approche aboutira à une synergie optimale entre les différentes composantes de l'avion. L'innovation et la créativité doivent être au rendez-vous. » De nouveaux concepts d'avions, appelés « flying wings » ou « blended-wingbody » semblent pouvoir répondre à ces ambitions. Jean-Yves Trépanier a choisi d'inscrire ses travaux dans cette tendance. Il a voulu, avec cette Chaire, se donner les moyens de développer des connaissances fondamentales de haut niveau en design aérodynamique : « Nos partenaires industriels pourront s'y appuyer pour leur développement. Et nous travaillons avec des logiciels industriels « LE CONFORT ET LA SÉCURITÉ DES PASSAGERS, L'ÉCONOMIE ET L'ENVIRONNEMENT DEVIENNENT LES TROIS IMPÉRATIFS QUI ORIENTENT LES TRANSFORMA- TIONS. » ---Fassi Kafyeke qu'ils pourront facilement utiliser. » Les recherches à la Chaire s'articulent autour de trois grandes approches : « Nous voulons tout d'abord améliorer les modèles existants, comme ceux du Boeing 787 et des avions de la gamme CSeries : une grande partie de la réduction de carburant qu'ils permettent est attribuable à une meilleure aérodynamique et à une propulsion plus effi cace des moteurs. En nous basant sur des ailes d'avion déjà existantes et testées en souffl erie, nous appliquons nos méthodes de simulation pour voir comment il est possible d'améliorer la traînée, soit la friction de l'air sur les formes, qui ralentit l'avion. La moindre petite bosse peut avoir une infl uence. » Les chercheurs développent aussi des modèles conceptuels plus sophistiqués pour soutenir les nouveaux design : « Les équipes d'ingénieurs travaillent traditionnellement avec des modèles empiriques de sélection des composantes et de leurs dimensions. Ces modèles fonctionnent bien pour les avions du 20 e siècle, mais nous devons les raffi ner pour ceux de l'avenir. » Poly Poly ---Automne ---Hiver 2009 2010 06 -07

  • Partager
    Page 8

    GRAnD DOSSIER L'exploration de design radicalement nouveaux constitue la troisième voie de recherche : « Tout, ou presque, reste à faire dans ce domaine. Des projets émergent, comme l'aile volante étudiée en Europe et l'avion silencieux proposé en 2007, et, chose certaine, pour les réaliser, une intégration plus étroite entre l'aérodynamique de l'appareil et le système de propulsion est nécessaire. Nous tentons de caractériser les paramètres, comme l'épaisseur de l'aile, son positionnement, sa courbe, sa géométrie, pour permettre un écoulement optimal de l'air. D'ici cinq ans, entrevoit Jean-Yves Trépanier, nous comptons avoir mis au point les méthodes qui permettront de comparer ces nouveaux modèles. Nous sommes les seuls à Montréal à travailler de cette manière. » Polytechnique, tête de file en recherche et en innovation Le Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale du Québec (CRIAQ) regroupe 40 entreprises, 13 institutions universitaires du Québec et plusieurs universités canadiennes. Son président-directeur général, André Bazergui, rappelle le rôle de leader de l'École Polytechnique au sein du Consortium : « Polytechnique compte parmi les champions du CRIAQ. Ses chercheurs dirigent 21 projets en collaboration avec l'industrie et participent à 23 autres, couvrant ainsi l'ensemble des neuf thèmes développés au CRIAQ. » Dans le cadre d'une collaboration avec le CRIAQ, incluant les partenaires industriels Pratt & Whitney et Scyform, l'équipe du professeur Aurelian Vadean et ses collaborateurs de l'Université Concordia élaborent une méthodologie pour l'optimisation du design de composantes d'aéronefs : « Pour les calculs, les dessins et les tests, l'industrie aérospatiale fait appel à différents logiciels lors de la conception de ses produits, explique-t-il, mais ceux-ci ne sont pas tous compatibles entre eux, ce qui multiplie les étapes de traitement de données et entraine des simplifications lors des analyses. Il en résulte une perte de précision et, par conséquent, de compétitivité. » Jean-Yves Trépanier Un des aspects importants de la recherche vise donc un haut degré d'intégration des outils de conception, de calcul et d'optimisation : « Une fois développée, cette approche sera aussitôt testée et appliquée dans la conception des trains d'engrenages chez Pratt & Whitney Canada. Elle constituera

  • Partager
    Page 9

  • Partager
    Page 10

    Annie Ross seront plus à leur aise, la communication entre les membres d'équipage sera facilitée et la structure de l'appareil s'usera moins rapidement. Après un an, constate la chercheuse, nous avons plusieurs concepts différents. Les résultats sont prometteurs, mais pas encore suffisants. » L'aspect de l'analyse du cycle de vie, comprenant le recyclage des avions, prend aussi de plus en plus d'importance, comme le signale André Bazergui : « Deux projets de recyclage, l'un pour les métaux, l'autre pour les composites, sont en montage et impliquent les chercheurs de Polytechnique, notamment ceux du Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG). » Ces projets s'attaquent aussi au problème de l'organisation du système de recyclage pour optimiser la réutilisation des pièces et des matériaux recyclables le plus économiquement possible. « Une autre spécialité des chercheurs de Polytechnique est celle des couches minces, poursuit André Bazergui, qui permet de donner aux matériaux des caractéristiques physiques de résistance à l'érosion et à l'usure. La vie des com- posantes s'en trouve prolongée et leurs performances améliorées, notamment dans des conditions exigeantes d'utilisation. » Le déglaçage des vitres des avions, par exemple, pourrait être une application avantageuse. Un peu comme la goutte d'eau qui roule sur la feuille de lotus, une vitre sur laquelle l'eau ou un morceau de glace n'auraient pas prise fait encore rêver les chercheurs. Un terrain fertile pour la relève Fort d'un long parcours comme ingénieur dans le domaine aérospatial, notamment à la NASA (National Aeronautics and Space Administration), le professeur Aouni Lakis est un chercheur prolifique, qui dirige les travaux d'une équipe dont les projets, très diversifiés, sont consacrés à différentes problématiques liées aux divers systèmes et pièces présents dans les appareils. Par exemple, Farhad Sabri travaille au développement de logiciels pour détecter les défauts dans les composantes d'un moteur avant qu'ils ne se manifestent. À l'aide de senseurs installés dans les systèmes de roulement, Ali Mahvash tente pour sa part de prévoir leur point de rupture dans le temps : « Au lieu de changer systématiquement les pièces, y compris les bonnes, au bout d'un période prédéterminée, l'entretien pourrait se faire au besoin uniquement, ce qui générerait d'importantes économies. » Addelhak Oulmane s'emploie à décoder et à interpréter les signaux émis par ces senseurs. Saleh Hosseini met au point des méthodes de détection de la corrosion cachée dans les couches des matériaux, aluminium ou autre : « Pour l'instant, nous créons de la corrosion dans des échantillons de fuselage et tentons de les caractériser à l'aide de la rétroaction de signaux émis dans les différentes couches. » Montréal étant, avec Toulouse en France et Seattle aux États-Unis, l'un des trois leaders mondiaux en aéronautique, les étudiants tirent avantage de cette proximité avec de nombreuses industries. Aouni Lakis a mené à terme, en 2005, la création de l'Institut d'innovation et de conception en aérospatiale de Polytechnique (IIACP), qui organise des stages en entreprise pour les étudiants de troisième et quatrième année du baccalauréat, ainsi que pour ceux de la maîtrise : « Il permet aussi de créer une synergie entre les étudiants des premiers cycles et les chercheurs du CRIAQ. Nous voulions leur offrir un savoir-faire en matière d'innovation et de conception en aérospatiale, tout en répondant aux besoins de l'industrie. » La collaboration de l'industrie dépasse la recherche et le développement : « Actuellement, dix-huit ingénieurs de Bombardier donnent des cours à différents niveaux, rappelle Fassi Kafyeke. Nous avons aussi appuyé la création d'un baccalauréat en génie aéronautique à Polytechnique. Lorsque les diplômés aboutissent chez nous, nous savons que notre investissement a été rentable ! » /

© École Polytechnique de Montréal
Bottin | Plan du site | Recherche | Conditions

Un moment SVP